Sélectionner une page

Depuis quelques temps, l’idée d’acheter un perroquet vous titille ? Et en y pensant un peu plus fort chaque jour, vous désirez concrétiser ce projet au plus vite mais vous vous posez encore plein de questions sur la façon dont vous allez vous en occuper ? Le fait est que vous ne voulez pas prendre cette responsabilité à la légère et souhaitez faire les choses correctement pour ne pas regretter plus tard d’avoir été négligeant sur un détail.

Vous avez raison de réfléchir à deux fois. Sachant que c’est une mission délicate qui requiert beaucoup d’attention et d’investissement de votre part, le mieux est que vous vous en informez au maximum avant de sauter le pas. Si vous avez déjà franchi l’étape, vous n’avez d’autre choix que d’appliquer les bonnes règles.

Voici 12 points importants à connaître sur l’adoption d’un perroquet.

Où et comment acheter un perroquet ?

Ce n’est pas que vous choisissez d’élever précisément un perroquet que vous êtes forcément connaisseur. Cette envie vous est peut-être venue brusquement alors qu’au départ, vous avez flashé sur un furet ou un cochon nain. Ou alors, après avoir vu celui de votre ami, vous êtes également tenté d’en adopter un. Bref, pour une raison ou une autre, ne soyez pas dupe lors de l’achat de votre perroquet. Vous pouvez facilement trouver des oiseaux à prix bradé dans les refuges pour animaux ou dans une animalerie mais ne croyez pas qu’ils sont toujours en bonne santé.

Il est possible que les oiseaux venant de ces lieux développent des troubles physiques et psycho-émotionnelles à la suite d’une prise en charge défaillante, une mauvaise éducation ou des épisodes de maltraitance. Mais pas toujours. Cela dit, il convient de bien vous informer avant de vous décider pour ne pas en subir les conséquences après. Au mieux, achetez dans les boutiques spécialisées, dans un centre d’élevage ou directement chez le propriétaire. Ces alternatives sont plus sures.

Le cadre réglementaire de l’achat d’un perroquet

L’achat d’un perroquet n’est pas soumis à une réglementation stricte. Cet animal est généralement proposé en vente libre hormis certaines espèces menacées d’extinction. La vente de cette catégorie de perroquets est normalement interdite. Mais la convention de Washington a levé cette interdiction. Dorénavant, les espèces en voie de disparition ou menacées de disparaître ne sont plus interdites au commerce.

Néanmoins, leur mise au marché doit s’accompagner de certaines règles et formalités qui sont classées aux annexes II/B, II/ B PRO et I/A de ladite Convention. On note une exception pour cette dernière catégorie qui comprend le perroquet gris à queue rouge du Gabon. Il a été porté au CITES que l’oiseau autorisé à la vente doit être de deuxième génération et le droit de détention doit être justifié par plusieurs documents officiels.

Des mesures de sécurité et de protection draconiennes

De cette réglementation, il en résulte que tout perroquet inscrit dans ces annexes doit être identifié à l’aide d’une puce électronique ou une bague fermée assermentée. Un certificat de cession doit également accompagner la vente pour attester le droit de propriété.

Ces mesures ont été prises pour renforcer la protection de ces animaux, y compris ceux qui sont offerts en adoption. Le port de micro puce peut alerter le propriétaire en cas de vol ou de perte. Il peut indiquer une piste de recherche plausible à partir des informations d’identification qui figurent sur l’objet et qui sont soigneusement gardées dans un lieu sécurisé.

Vous pouvez également fournir des pièces qui permettent de reconnaître votre animal (comme une photo) aux autorités en charge des vols d’animaux.

Une forte sensibilité aux vapeurs et odeurs

Utiliser des outils ou articles de cuisine contenant du polytétrafluoroéthylène (Téfal) en présence d’un oiseau présente de gros risques. Son système respiratoire est très fragile et une exposition aux vapeurs de PTFE peut s’avérer fatale pour l’animal. Ces émanations toxiques peuvent causer de l’hémorragie pulmonaire et conduire à une mort subite. Il est donc préférable de tenir votre perroquet éloigné de tout ustensile enduit de revêtement adhésif, surtout quand vous faites cuire quelque chose.

Certains produits chimiques qui se vaporisent dans l’air rendent également un perroquet excitable. L’inhalation de ces particules peut même causer des dommages immédiats à la santé de l’animal. On cite parmi ces derniers, les déodorants, les détergents, les parfums et les aérosols de toilettage. Pour ne pas nuire votre perroquet avec les odeurs qui émanent de ces produits, évitez de les utiliser dans la pièce où il se trouve.

La crainte de l’obscurité

La phobie du noir n’inclut pas toutes les espèces de perroquet. Le cacatoès est plus concerné par les angoisses nocturnes. Il peut être très vite pris de panique si la lumière est éteinte la nuit. Ce qui signifie qu’il faut éclairer la pièce durant son sommeil. Vous pouvez par exemple placer une veilleuse à côté de sa cage mais pas tout près pour éviter qu’il ne se brûle. Evitez de même d’utiliser une lampe halogène.

Une cage adaptée pour plus de confort

La cage est pratiquement l’endroit où le perroquet va passer tout son temps. Il est donc important d’y prendre soin. En commençant, choisissez une cage suffisamment grande pour qu’il puisse mouvoir en toute facilité. Les dimensions peuvent varier selon la taille de l’oiseau mais dans les règles, le diamètre doit être au minimum équivalent au double de la largeur des deux ailes ouvertes. La hauteur quant à elle est portée à 1,5 fois la taille de l’oiseau.

Elle devra se munir de barres horizontales et verticales, espacées les unes et les autres de 1cm tout au plus. Il est recommandé d’acheter une cage en acier inoxydable, et éviter à tout prix les modèles en plomb ou en zinc qui sont avérés nocifs pour la santé des oiseaux.

La localisation de la cage

La cage du perroquet doit être placée dans une pièce animée. Là où la famille est réunie et où il peut entrer en contact avec des êtres humains. Si c’est obligé qu’il reste seul à la maison, vous pouvez allumer votre radio ou votre télévision pour qu’il ne sente pas l’impression d’absence et de vide dans la maison. En revanche, ces appareils doivent être éteints quand il dort ou se repose, car le bruit risque de perturber son sommeil. De préférence, éloignez aussi votre compagnon de la cuisine qui regorge de dangers pour un perroquet.

Une cage propre à tout moment

Les salissures, les restes d’aliments et les matières fécales qui s’accumulent dans la cage de votre animal peuvent attirer les bactéries. Il est donc indispensable de la nettoyer régulièrement et de garder tous les objets (abreuvoir, mangeoire, litière, etc) bien propres pour la garder toujours en bonne santé.

Une alimentation saine et équilibrée

L’alimentation est un sujet à traiter avec beaucoup d’attention. La nourriture que le perroquet ingère peut très vite causer des dommages à la santé si la qualité n’est pas bonne ou s’il a pris un aliment non approprié. A l’inverse, une bonne alimentation contribue à la croissance et la longévité de l’animal.

Un bon régime pour un perroquet est un régime diversifié, léger et nutritif incluant beaucoup de fruits et légumes, de viande et de poisson, de granulés et de céréales. Surtout, évitez de lui donner du chocolat, de l’avocat, du café, du champignon, des haricots crus et toute forme d’aliments trop sucrés ou trop gras qui ont tendance à se transformer en toxines dans l’organisme.

Des jouets et perchoirs pour divertir le perroquet

Un perroquet est un animal énergique qui aime beaucoup jouer. Vous pouvez l’occuper facilement toute la journée en lui achetant beaucoup de jouets. Offrez-lui aussi des bandes de raphia ou des balles de brindille à mâcher. Cela fait partie de ses passe-temps favoris.

Sans oublier les perchoirs sur lesquels ils peuvent grimper, s’amuser et dormir. Mettez plusieurs perchoirs à la fois si c’est possible. Cela pourrait être amusant et stimulant à la fois. Pour choisir vos perchoirs, privilégiez les modèles faits en branches de fruit ou des faux platanes. Ils sont plus sécurisés et pratiques pour un oiseau en cage.

De nombreux magasins spécialisés (online et offline) proposent des jouets divers et des perchoirs naturels dédiés spécialement aux perroquets.

Inscription auprès d’un vétérinaire spécialisé en soins aviaires

La spécialisation aviaire concerne un domaine à part dans la médecine animale. Les consultations et les traitements en soins aviaires peuvent donc différencier de ceux accordés aux autres animaux de compagnie. De même, les frais de prise en charge peuvent grimper au-delà des tarifs normaux si le choix est orienté vers des services de santé qui ne sont pas destinés aux oiseaux.

Une bonne assurance perroquet pour une couverture à vie

Un passage chez le vétérinaire s’impose si votre perroquet doit recevoir un traitement quelconque ou s’il tombe malade. Mais les frais que facture ce spécialiste ne sont pas toujours à la portée des propriétaires d’animaux de compagnie, surtout lorsqu’il s’agit des NAC.

Pour être plus tranquille et se concentrer uniquement sur votre compagnon en cas d’événements malencontreux, confiez donc à votre assureur le soin de régler une bonne partie des frais de vétérinaire grâce aux formules de remboursement accordées dans le cadre d’une police d’assurance pour perroquet.

Que ce soit pour une consultation générale ou spécialisée, un traitement de choc ou de prévention, toute opération chirurgicale et même le décès et le vol, l’assurance perroquet offre un large choix de garanties d’assurance accessibles à quelques dizaines d’euros seulement par mois.